Omnia vanitas

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOmnia vanitas, 2015. Crâne de mouton en dentelle polymérisée.
Omnia vanitas, 2015. Crâne de mouton en dentelle polymérisée
Omnia Vanitas est une pièce troublante, à la fois poétique et saisissante ; elle se place dans la continuité des recherches de Valérie Vaubourg sur le détournement des images et des objets, permettant de révéler les antagonismes qui conditionnent le regard. Cette oeuvre est un nouvel exemple illustrant le parcours du spectateur : à mesure qu’il s’approche, elle se dévoile, suivie de son lot de surprises et d'interrogations. Tout dans cette installation s’oppose : forme et matière, sens et interprétation. Les idées se bousculent, tant cette pièce légère et gracile est évocatrice. Le dispositif de présentation place l'oeuvre à hauteur du regard, incitant naturellement le spectateur à jauger la silhouette, à se confronter à elle. L’art délicat de la dentelle, ainsi figée dans le temps et l’espace, engendre un moment suspendu dans un étonnant face à face. Pendant que la proximité avec l’œuvre s’établit, s’invite tout à coup l’évidence : cette forme flottante est celle d'un crâne. Celui d’un animal. Un porc. Soudainement, Omnia Vanitas perturbe le regard, envahit par de nouvelles références. En effet, l'animal n’a pas bonne presse, la langue française regorge d’expressions avec la bête comme bouc émissaire. Et pourtant, la contiguïté entre l’homme et elle en fait un de ses reflets les plus anatomiquement et physiologiquement voisins. En douceur, le spectateur constate alors malgré lui qu'il contemple un proche parent, un congénère mammifère... Le raffinement de la matière réconcilie enfin la forme et le fond, et l'oeil renoue avec cet ouvrage aérien aux antipodes du sentiment ambivalent provoqué par l'animal. Et puis Omnia Vanitas, les mots, rattrapent le spectateur. Non sans ironie, c'est ainsi que Valérie Vaubourg a baptisé ce nouveau travail, mots extraits de la fameuse sentence « Vanitas vanitatum, et omnia vanitas », « Vanité des vanités, tout est vanité ». Le mot « Omnia » produit immanquablement une sorte de confusion phonétique avec le mot « homme ». Avec simplicité et malice, l'artiste renoue avec l'histoire et formule un anthropomorphisme déroutant : l'Homme est animal ? L'homme est vanité ? C'est un pas de plus pour le spectateur, ainsi projeté dans ses propres contradictions. Hélène Pinon
Crâne de porc et pistolet en dentelle polymérisée

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Omnia vanitas, 2015. Crâne de chien en dentelle polymérisée

 

 

prothèses, 2015. Dentelle polymérisée
Prothèse, 2015. Jambes de cheval en dentelle polymérisée

 

 

Prothèse, 2015. Moulage en dentelle
Prothèse, 2015. Moulage en dentelle

 

 

Chaperon, 2014
Chaperon, 2014
Chaperon, 2014. Moulage en dentelle
Chaperon, 2014

 

 

installation, 2013. Reims
installation, 2013. Reims

 

 

Crâne de lapin moulé en dentelle polymérisée
Crâne de lapin moulé en dentelle polymérisée

 

 

Laisser un commentaire