Amnésie collective

Fil de fer barbelé, broderie sur coton. Crédit photographique Maxime Dufour.

 

 Le cercle en barbelé de trou de mémoire  livre deux images, courantes, immédiatement identifiables.  La couronne d’épine, instrument de la passion et le fil de fer barbelé, littéral, qu’on appelle aussi  » corde du diable « ,  » écharde du souvenir  » ou  » frontière brûlante  » : outil agricole ingénieux devenu outil politique, symbole universel de l’oppression. La technique choisie, la broderie est un puissant vecteur de messages socio-politiques. Elle est, ici, le médium du langage. Rappelant au passage le rôle de la broderie dans l’éducation de la jeune fille.

Le langage qui rappelons-le aussi est l’outil du discours.

Il est brodé en noir sur noir à la limite de la visibilité. Le message n’est pas clair. Il demande à être examiné. Trou noir? Trou de mémoire? 

De la couronne de barbelé au trou de mémoire, l’obscurantisme n’est pas loin…

C’est du nom « Mnémosyne » que sont dérivés les mots relatifs à la mémoire. Le mot « mémoire » lui-même, avec la simplification du « mn » en « m », « mémoriser », « mémorable »… Les qualificatifs scientifiques gardent même la racine grecque d’origine, avec les « mnésique », « mnéstique », et la célèbre mais tragique « amnésie », qui signifie la perte de la mémoire, et mnémosyne dans la mythologie nait du ciel et de la terre et de mnénosyne nait le langage. Le cercle se referme, en quelque sorte. On est tombé dans le trou noir de l’obscurantisme à un moment donné…

Mémories, Dessin perforé au poinçon, broderie sur coton. Crédit photographique Maxime Dufour.

 

Un organdi brodé voile une image de champignon atomique réalisée au poinçon. L’image est presque devenue une icône, elle est incontournable. Ici, elle est voilée, elle s’efface presque, comme le mot, memories, brodé en blanc sur blanc. 

Le mot ne se détache pas d’autant que la broderie se délite quelque peu… l’image hésite, entre flou et netteté, un peu comme notre mémoire. Puis l’image  se forme, apparaît à l’oeil comme à la conscience. 

L’image appartient peut -être à l’Histoire, au passé, mais le sujet est d’actualité. Entre la politique agressive de la Russie, les démonstrations de force de la Corée du Nord et la folie meurtrière de Daech, les armes nucléaires sont une menace plus réelle aujourd’hui qu’à la fin de la guerre froide. Au total, neuf pays disposent de l’arme atomique. Outre la Corée du Nord, les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l’Inde, le Pakistan et Israël (même si ce dernier refuse toujours de le reconnaître) composent le club des puissances nucléaires

Linceul(s)

 

Linceuls suspendus, 2018. Installation

 

 

 

 

fiat lux

Sans titre, 2018. Caisson lumineux, 60×80 cm. Crédit photographique Vincent Britschgy

 

Sans titre, 2018. Caisson lumineux. Crédit photographique Vincent Britschgy
Sans titre, 2018. Caisson lumineux. 60×80 cm
DSC04052
happy new war Happy New War, 500 cm x 350 cm. La condition publique. Roubaix. Crédit photographique Vincent Britschgy
Happy New war, Caisson lumineux. 110 x 80 cm. 2012.Crédit photographique Vincent Britschgy

DSC04034

Montage condition publique


Guns and beauty, 2014. Caissons lumineux

Guns and beauty, 2014. Caissons lumineux. Crédit photographique Vincent Britschgy

 

That' all, Caisson lumineux. Plexiglas noir, led rouges. 50x50 cm

Agnus déi

Agnus dei, dessin à la mine graphite
Agnus dei, dessin à la mine graphite. 2015. Crédit photographique Vincent Britschgy
Agnus dei, détail. Mine graphite sur papier. Crédit photographique Vincent Britschgy
Ce qu’il en reste, mine graphite. 2016.Crédit photographique Vincent Britschgy

Bouquet final

nicaragua copie
bouquet final nicaragua