Ouvrir la brèche, 2019. Biennale du lin. Portneuf, Canada. Crédits photographiques: Vincent Britschgy.    » Le thème «Détours et dérives», choisi par l’équipe de la Biennale, a inspiré plusieurs artistes à explorer les blessures et les étourdissements de la migration. À l’église, on peut voir la magnifique installation Moisson, du Français Vincent Gontier. Avec des baguettes faites de feuilles du quotidien Le Monde, il a construit un soleil et une flopée de pénitents, recueillis ou fixant le haut plafond avec espoir. Au moulin de la Chevrotière, sa compatriote Valérie Vaubourg présente Ouvrir la brèche, une cage blanche, déchirée, qui évoque l’enfermement que tentent de fuir les réfugiés. » JOSIANNE DESLOGES Le Soleil

Ouvrir la brèche, 2019. Biennale du lin. Portneuf, Canada. Crédits photographiques: Vincent Britschgy.    » Le thème «Détours et dérives», choisi par l’équipe de la Biennale, a inspiré plusieurs artistes à explorer les blessures et les étourdissements de la migration. À l’église, on peut voir la magnifique installation Moisson, du Français Vincent Gontier. Avec des baguettes faites de feuilles du quotidien Le Monde, il a construit un soleil et une flopée de pénitents, recueillis ou fixant le haut plafond avec espoir. Au moulin de la Chevrotière, sa compatriote Valérie Vaubourg présente Ouvrir la brèche, une cage blanche, déchirée, qui évoque l’enfermement que tentent de fuir les réfugiés. » JOSIANNE DESLOGES
Le Soleil

Laisser un commentaire